Les vieilles carettes

Jacques Bonnaffé dans “eune carette”, sur scène

C’est l’histoire d’un gars qui n’a plus d’histoire. Tout a brûlé, sauf peut-être ses souvenirs, du temps qu’il se baladait avec un barnum d’au moins quatorze baraques à frites…

Dédale(s), un spectacle musical

Dédales ensemble Tactus et Jacques Bonnaffé

Faisant compagnie avec TaCTuS, l’ensemble de percussions rencontré à Lyon en 2010 lors un concert-texte aux Subsistances (une création Villa Gillet/TaCTuS) l’argument portait alors sur trois contes fantastiques de Maupassant. Cette fois-ci, en avant Bach !

Les histoires de Cafougnette réunies en CD

CD pochette tissu, enveloppe et papiers anciens

Des prix cassés, chargez paniers ! Puisqu’on vous fait promo, à vous le cadeau ! Un CD Cafougnette collector devient promotor : les prix s’effondrent ! Deux pour le prix d’un, etc. CD cadeaux ! Puisez ! Faites vite ! Profitez ! Petits CD faits main avec amour, avec humour ! C’est pour tertous !

Ceux qui traversent

Un canot et des gilets de sauvetage sur la grève

Le désir de ce spectacle se veut propagation, et nous ferons en sorte qu’elle puisse l’être de bonnes nouvelles. Parler des migrants, écouter leur tragique histoire c’est regarder en face un lointain brusquement proche. Dans ces villes et ces plages où la marée humaine vient buter, il n’y a pas que des situations désespérées. Les mouvements d’accueil, les solutions, inventées chaque heure, l’expérience de Médecins sans frontières, les petits pas miraculeux, l’action des volontaires, les ressources de la solidarité ne sont pas assez décrites et commentées. Elles coûtent moins cher que la chasse à l’homme ou la répression sécuritaire. Nous sommes en voie d’expériences de démocratie partagées, notre notion du territoire passe par ce constat que le monde a largué ses amarres. Nos règles changent, il faut aller de l’avant, nos lois sont inadaptées. Voilà pourquoi notre création Ceux qui traversent est liée au mouvement Emmaüs, elle veut au moins rendre hommage à ceux qui maintenant se battent avec raison, leur poids d’expérience et de ténacité, contre la détresse.

Juger sur pièce (bis), un chantier nomade

Pneus sur le sable

Que se passe-t-il avec les écritures théâtrales, toutes ces feuilles noircies qui viennent gifler la porte des théâtres et autres fabriques officielles ? N’importe quel membre des comités de lecture peut vous le confirmer : nous recevons toujours plus de pièces, malgré la difficulté de les voir montées… qui ne sont pas plus modestes, économes ou adaptées aux contraintes, non, des textes effrénés, côtoyant l’impossible. Les auteurs veulent pouvoir rêver, ouvrent une théorie possible d’un « rêve debout », oui. Ficeler un autre mode de relation-public, sauter l’étape de la mise en scène hyperachevée, laisser à vue l’écriture. Viser un langage théâtral immédiat.

Compagnie faisan plus

Moto et bouteilles peintes sur un mur

Comme nous avons attaqué la rentrée avec mieux que de bonnes résolutions, on a des résultats épatants, d’une part c’est reparti, la poésie, sur France Culture. Avec quelques auteurs qui nous tenaient à cœur comme Guillevic, Marie-Caire Banquart, Jacques Réda, Sylvia Plath, Georges Perros… On les retrouve sur podcast facilement par ce lien direct : Jacques Bonnaffé lit la poésie. D’autre part, la compagnie ne s’arrête pas…

Pages

S'abonner à Compagnie faisan RSS