Vous êtes ici

Le blog de Jacques Bonnaffé

Matin blème de Printemps (1er mars 2018) / ouvrir sa gueule

la garde républicaine en pleine réflexion

J’ai ouvert ma gueule, il n’en manquera pas pour dire que je voulais me faire une petite performance, d’autres me diront merci. Parce que le Printemps des poètes s’ouvrait avec une aubade de la Garde Républicaine, jardins du ministère, rue de Valois, une idée nommée “surprise” de sa jeune directrice artistique. J’ai hurlé pour tous ceux qui ont fait cette manifestation dans toutes les villes, en toutes circonstances : Mais elle est où la poésie ? J’ai fait ma manifestation de bribes et de mots cassés, sur place, rappelant Rimbaud pour mémoire, vous savez ...

un portrait d'Hervé

Soirée Prudon à la Maison de la poésie Paris - le 20 avril 18.
Un texte écrit pour la revue 813

Colporteurs dans la GAP !

exposition Di Rosa à la Maison Rouge

A l'occasion d'une Grande Académie de Printemps, une GAP située en Normandie à Duclair pour le festival Terre de Paroles, j'ai proposé de travailler sur la poésie, avec l'idée de la colporter. D'abord de façon orale.https://www.facebook.com/JBColporteur/

Visite à Emmaüs Grande Synthe

Trop écarté de ces réalités, j’essaie par petits bords d’en approcher, comme ce samedi avec Emmaüs ( ici l’entraide et les situations d’urgence, les camps de réfugiés) visite passionnante liée à un spectacle tout frais que nous jouons depuis septembre avec Sylvain Kassap aux clarinettes, le point de départ est une pièce écrite sur la traversée depuis l’Afrique)

En dix-sept qu'on dise stop

le petit bois derrière chez moi

Passées les premières salves et les vœux officiels, il nous reste encore des provisions : nous sommes dans une année toute neuve, avec l’espoir d’y tenir nos bonnes résolutions, pour celles-là je souhaite qu’on puisse dix-sept fois les maintenir. Et pour le reste, aucune entrave, place aux désirs les plus chers et aux souhaits d’un monde meilleur (ça y est, je me fais sourire), le mieux est de n’avoir pas d’idées tout de suite et de penser une année qui en soit pleine.

Bilan du stage " Jugez sur pièces" (décembre à Pernand, ça Vergelesse !)

Affirmer que l’objectif du stage est atteint pourra-t-il suffire à bien décrire le stage ? Dix pièces de théatre d’aujourd’hui parcourues, échangées, certaines mises dans l’espace, explorées en "lecture scénique". Textes inédits, propices aux "explications mouvementées", discussions vives ou recherches spontanées en situation. Une écriture de théâtre passe par l'espace, les participants forment rapidement des petits groupes de travail, une présentation regroupe au final cinq pièces, des extraits de 40 minutes, ( sans décor ni costume), chaque jour des intervalles sont maintenus pour l’échauffement et la pratique d’acteur.

Pages

S'abonner à RSS - Le blog de Jacques Bonnaffé