Vous êtes ici

Enregistrements, vidéos, films, etc.

Auguste et le Galibot et la mélodie de l’espoir

Béatrice Fontanel

2004
Auguste le galibot pochette du livre-disque

Dans le noir, les lampes des mineurs ressemblent à des lucioles souterraines. Mille bruits résonnent dans les galeries : les wagonnets s’entrechoquent, les convois grincent sur les rails. Le travail est dur. Auguste le galibot fait du mieux qu’il peut. D’autant que son père lui a promis : Si tu t’en tires bien, p’tiot, je t’apprendrai à jouer du saxhorn… Pour entrer dans la fanfare de la mine, Auguste devra bien vite faire preuve de courage et de ténacité…

Colline

Giono Jean

1995
Pochette Colline de Jean Giono

Le roman essentiel de Jean Giono, où s’illustre et dérive tout son amour de la Terre.

Quatre maisons fleuries d'orchis jusque sous les tuiles émergent de blés drus et hauts. C'est entre les collines, là où la chair de la terre se plie en bourrelets gras. Le sainfoin fleuri saigne dessous les oliviers. Les avettes dansent autour des bouleaux gluants de sève douce. Le surplus d'une fontaine chante en deux sources. Elles tombent du roc et le vent les éparpille. Elles pantèlent sous l'herbe, puis s'unissent et coulent sur un lit de jonc. Le vent bourdonne dans les platanes. Ce sont les Bastides Blanches. Un débris de hameau, à mi-chemin entre la plaine où ronfle la vie tumultueuse des batteuses à vapeur et le grand désert lavandier, le pays du vent, à l'ombre froide des monts de Lure. La terre du vent.

Jean Giono

Gargantua

Rabelais François

2002
Pochette Gargantua

Gargantua fit bâtir l'abbaye de Thélème dont la devise est : Fay ce que vouldras

Toute leur vie estoit employée non par loix, statuz ou reigles, mais selon leur vouloir et franc arbitre. Se levoient du lict quand bon leur sembloit, beuvoient, mangeoient, travailloient, dormoient quand le desir leur venoit… Rabelais, Gargantua

Il ne faut pas dans cette affaire tenter l'imitation du vieux français. Ne pas imiter un accent ou des rodomontades de taverne. Mais adhérer tant que possible à l'homme debout, et parlant “d'à c't'heure”. Ce n'est pas un ton, c'est un ventre. Où tout se broie, savoirs, viandes, miettes, sauce et voix.

Jacques Bonnaffé

La chèvre de Monsieur Seguin

Daudet Alphonse

2008
Pochette de La chèvre de M. Seguin

Le célèbre texte d’Alphonse Daudet devient un superbe conte musical ! C’était déjà l’un des plus beaux albums d’Éric Battut. Son premier travail, présenté pour son diplôme d’illustrateur, est un des plus aboutis ; il s’en dégage une force mystérieuse, pleine d’effervescence. La soif de liberté, l’appel des cimes, l’osmose avec la nature y sont représentés avec un sens du mouvement, de la composition, et surtout une vibration autour des couleurs qui lui sont propres. L’ultime combat de la petite chèvre revêt un caractère d’autant plus dramatique qu’il est représenté dans une symphonie de rouges et de noirs hautement symboliques.

La Fin du Monde

Mousseron Jules & Bonnaffé Jacques

1999
Pochette de La fin du Monde

Le CD est épuisé, mais les titres sont accessibles parmi toutes les histoires de cafougnette.com.

Ce titre La Fin du Monde ouvre un disque évoquant les mines d'hier avec son très glorieux personnage Zeph Cafougnette. Histoires poèmes chansons et blagues, écrits somptueusement par le « poète mineur » Jules Mousseron. La fin d'un monde ni triste, ni tout à fait mort puisqu'on en parle encore...

La main coupée

Cendrars Blaise

2005
Pochette de La main coupée

La main coupée est un monument aux morts de la Grande Guerre, comme ceux sur lesquels on a inscrit, année par année, les noms des disparus, morts identifiés mais morts obscurs, sans gloire. Blaise Cendrars a prélevé dans sa mémoire les bribes de la vie et de la mort de ses compagnons de combat, des hommes ordinaires, tragiques ou cocasses, échappant à toute vision héroïque ou édifiante. Lorsqu'elle paraît en 1946, La main coupée est plus qu'un témoignage retardé, c'est une réparation. Réparation parce qu'elle est un mémorial contre l'oubli, réparation aussi pour son auteur qui, dans cet ouvrage tardif, s'autorise enfin, librement, à parler longuement de la guerre, de sa guerre, comme il ne l'avait jamais fait, comme personne ne l'avait jamais fait. Jacques Bonnaffé s'approprie les mots de Blaise Cendrars pour restituer à ce récit sur la guerre de 14-18 toute sa force et sa vigueur. Une lecture poignante et bouleversante au service d'un texte incontournable sur la Grande Guerre.

Le chat noir et autres nouvelles

Poe Edgar Allan

2009
Pochette Le chat noir

Le chat noir, Le masque de la mort rouge et Le portrait ovale : trois nouvelles, qui tiennent l'auditeur en haleine et posent de façon magistrale l'univers noir de ce maître du suspens que fut Edgar Allan Poe.

Le Discours de la Méthode

Descartes René

2003
Pochette du Discours de la Méthode

Philosophe, mathématicien et physicien, Descartes impose au monde un renouveau de la pensée française avec le Discours de la méthode. Son approche déductive, basée sur la vérification systématique des évidences, apporte une nouvelle architecture à l’édifice du savoir. Jacques Bonnaffé incarne scrupuleusement la pensée mécaniste de Descartes. L’interprétation sonore sur disque de l’intégralité du texte magistral de Descartes est disponible pour la première fois. Mais ce qui a surtout recommandé sa philosophie, c’est qu’il n’est pas demeuré à donner du dégoût pour l’ancienne, mais qu’il a osé substituer des causes qu’on peut comprendre de tout ce qu’il y a dans la nature. — Christaan Huygens (1629-1695), physicien et astronome.

Le DVD Cafougnette dernier défilé

Mousseron Jules & Bonnaffé Jacques

2006

DVD épuisé !


L'enterrement de Cafougnette et l'défilé, spectacle joué depuis quinze ans en fanfare à travers plus de 200 villes et filmé lors d’une « dernière » représentation à Lille. On y retrouve histoires de Jules Mousseron, l'humour patoisant rouchi et les blagues d'à ch' t'heure. Un témoignage de fidélité au Nord.

Le Joueur

Dostoïevski Fedor

1994
Pochette du Joueur

J’avais tout perdu, tout… Je sors du casino, je regarde… un florin se promenait encore dans la poche de mon gilet : Ah ! j’ai encore de quoi dîner ! me dis-je.

Pages