Vous êtes ici

spectacle

Ceux qui traversent

Un canot et des gilets de sauvetage sur la grève

Le désir de ce spectacle se veut propagation, et nous ferons en sorte qu’elle puisse l’être de bonnes nouvelles. Parler des migrants, écouter leur tragique histoire c’est regarder en face un lointain brusquement proche. Dans ces villes et ces plages où la marée humaine vient buter, il n’y a pas que des situations désespérées. Les mouvements d’accueil, les solutions, inventées chaque heure, l’expérience de Médecins sans frontières, les petits pas miraculeux, l’action des volontaires, les ressources de la solidarité ne sont pas assez décrites et commentées. Elles coûtent moins cher que la chasse à l’homme ou la répression sécuritaire. Nous sommes en voie d’expériences de démocratie partagées, notre notion du territoire passe par ce constat que le monde a largué ses amarres. Nos règles changent, il faut aller de l’avant, nos lois sont inadaptées. Voilà pourquoi notre création Ceux qui traversent est liée au mouvement Emmaüs, elle veut au moins rendre hommage à ceux qui maintenant se battent avec raison, leur poids d’expérience et de ténacité, contre la détresse.

Le salon indien

Le salon indien par la Compagnie faisan sur Vimeo.

De la séance inaugurale du Cinématographe Lumière au Salon indien du Grand Café le 28 décembre 1895, il ne reste plus aujourd’hui que le faisceau de la lumière comme dernier acteur ; le bonimenteur, puis le musicien, et enfin le projectionniste sont passés à la trappe. La séance de cinéma fut un jour vivante.

Le salon indien est une reconfiguration du « spectacle cinématographique », un hommage aux temps brinquebalants où les projections cinéma, leurs artisans-concepteurs, et le spectacle du public réuni offraient un voyage collectif incomparable.

Dédale(s), un spectacle musical

Dédales ensemble Tactus et Jacques Bonnaffé

Faisant compagnie avec TaCTuS, l’ensemble de percussions rencontré à Lyon en 2010 lors un concert-texte aux Subsistances (une création Villa Gillet/TaCTuS) l’argument portait sur trois contes fantastiques de Maupassant. Cette fois-ci, en 2016, cap sur Bach…

L’insurrection poétique

Léon et Jacques Bonnaffé

Jacques Bonnaffé, parrain de l’édition 2015 du Printemps des poètes : L’insurrection poétique, désirant suivre le mouvement éclaté, la prolifération printanière de cet événement à travers les villes et les régions, avec son fils Léon s’est confectionné une petite forme changeante, adaptée aux lieux et aux circonstances, bourrée de citations, de fusées. Et « pleine de poésie » comme il convient de le dire en plissant les yeux…

Concert-texte par Jacques Bonnaffé et Louis Sclavis à la Maison de la Poésie

Ludovic Janvier, portrait

Concertexte, jongleries, entre un acteur avide des mots, Jacques Bonnaffé, et un virtuose de la musique improvisée, créateur de souffle et de jazz, Louis Sclavis, pour une soirée consacrée à l’inclassable romancier, au poète et essayiste Ludovic Janvier. Promeneur en tous genres, il a obtenu le prix Goncourt de la nouvelle et publié deux essais remarqués sur son ami Samuel Beckett.

Jazzer les mots

Louis Sclavis et sa clarinette

Concerts-textes de Jacques Bonnaffé et Louis Sclavis.

Louis appelle ça mettre des mots dans la musique, moi je pense qu’on fait de l’opérette sans le savoir. Ça tombe bien, Louis rêve d’en composer une. Je parierai pour un cauchemar bleu-pervenche. Seulement, dans la tête ! Entre spirituel et spiritueux, un alcool de kitsch. Par les mots et par les notes, nous faisons le tour du monde, n’irons jamais sous le soleil de Mexico, ni ne nous souviendrons d’Acapulco. Notre voyage est un roman…

Pages

S'abonner à RSS - spectacle