Vous êtes ici

Blogs

Nos cœurs que tu connais sont remplis de rayons

René Gonzales

Le formidable directeur du Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis, directeur à Bobigny, à l’Opéra Bastille, et enfin à Vidy-Lausanne, René du Lac est mort, parti, décidé de décéder, laissé la place à d’autres, a été appelé à de plus hautes fonctions etc. On n’en fera pas un saint, d’abord cela ne se fait plus, mais certains gardent de son engagement au travail le souvenir d’une passion peu commune.

Élitaire et pomme de terre

Pommes de terre

Mois de mars et d’avril sous le signe de la pomme de terre puisque d’une reprise de Joue-moi quelque chose de John Berger nous enchaînons avec une performance au 104, Élitaire et pomme de terre, à l’occasion du festival À voir et à manger suivi d’un atelier d’écriture mené par Marc Blanchet à La Ferme d’en Haut à Villeneuve d’Ascq sur le thème À taaable plus particulièrement dédié aux épluchures… Final le 14 avril à

Pourquoi je ne serai pas candidat

Ciel bleu profond sur paysage de collines embrumées

Un article pour la Voix du Nord

Mon cher Papa, ma vieille branche. Aucun moyen ne me semble assez grand pour te passer des messages depuis ma tournée sans cesse allongée. Pas la tournée des bistrots, rassure-toi, celle des théâtres avec pièces et solos qui m’amèneront à Lille à la fin du mois de mai au Prato mais chut ! C’est entre nous… Je ne suis pas dans ces lignes pour étaler ma promo ! A la rigueur me faire pardonner une forte baisse de mes visites à Douai, par voie de presse c’est du dernier mieux.

« Faites avancer l'taiseux », un article pour « La Voix du Nord »

Jacques Bonnaffé, Dominique Sampiero et Jacques Francesini

Un billet d'humeur ne me rendra pas celui qu'une grève inattendue m'a brutalement dérobé. Evitons la voie duraille pour lui préférer une manifestation muette : je décide de faire grève des transports au cerveau, vous privant d'un récit ferroviaire haletant. Et pour en faire subir le désagrément à d'autres catégories, j'irai au buffet de la gare sans mon journal ordinaire, leur dire que je ne prends pas de café ce matin. Cha va trembler ficelle, croyez-me !

Succès faisan... Quand on aime à se montrer, autant l'écrire !

Un dossier de presse exceptionnel pour le petit nouveau catégorie précoce dans la rentrée spectacles. Après sa première ébauche en Avignon en Sujets à vif pour la SACD, Nature aime à se cacher aura fait le plein au Théâtre de la Bastille à Paris, plein d'affection et d'enthousiasme, même si ça ne paraît pas très modeste de l'écrire, ça ne serait pas très malin de s'en cacher par les temps qui courent, toujours trop vite. Nous espérons le reprendre souvent, en tournée et encore à Paris, au cours de l'année Rousseau qui s'ouvre et ensuite encore.

Nature aime à se cacher

Jambes - photo de répétition par Éric Pillot

Le Visible est le caché est un petit livre utile et précieux, son sujet n'est pas l'auto-fiction. On ne parle pas de moi, je n'est pas le sujet mais l'autre sauvagement. L'autre s'éloigne du je et son éloignement est le sujet. L'animal approché par Jean-Christophe Bailly s'échappe, hors d'une quelconque hominisation, il est d'un autre monde.

Pages

S'abonner à RSS - blogs